¨La farce du concept¨ 

                           (Partie 1)

         E250 : Nitrite de sodium, n´est pas cancérogène!??                        

                                           
          K. Serrhini (Biologiste indépendant)

Je souhaite d´abord vous introduire graduellement dans le sujet tout en vous proposant de regarder les 17 premières minutes du reportage suivant :

Reportage de "Cash Investigation". Industrie agroalimentaire : Business contre santéEnquête réalisée par: Guillaume Coudray.  (Tv france 2, 2016)

https://www.dailymotion.com/video/x4zhz2n

Ecoutez bien les explications du professeur : Theo de Kok (environ 3 min.), et surtout regardez bien les 2 photos présentées et qui sont en fait le résultat de cette étude.

Mots clés : Nitrites/comète/Pré-cancéreuses.

Mots-clé majeur: Destruction cellulaire  

Tout d'abord, je voudrais saluer l´équipe de cash investigation pour le reportage et le professeur Theo de Kok pour cette intéressante étude et les importantes explications qui nous a fourni.

En bref, permettez-moi de vous dire qu´en suivant ce reportage vous avez vécu, sans vous rendre compte, le problème de la biomédecine. On croit avoir tout compris en voyant la cellule ¨comète¨ suivie par le récit professoral :

¨ ……Et plus vos cellules ressemblent à ça, plus vous avez du risque qu´elles deviennent pré-cancéreuses……..¨.  

Justement voyez-vous, c´est là la farce. Jamais de lien direct avec l´agent ou la substance (Nitrites/Nitrosamines dans ce cas-là), mais on cherche conceptuellement toujours le refuge dans les changements génétiques postérieures à l'exposition. C´est ça le baratin biologique qui permet, dans ce cas-là, que les nitrites ne seront pas qualifiés de cancérogènes, quelle qu´en soit l´étude réalisée. Parce que aucune recherche ne peut directement attribuée une série accumulative de changement génétiques à un simple et seul agent. Etant donné que le concept actuel de la cancérogénèse est établi comme un procès évolutif cellulaire à multi-étapes et multi-facteurs. C.à.d. Le développement d´un cancer est dû au fait qu’une seule cellule, parmi les cellules exposées à un mutagène donné, n´est pas entrée en apoptose (n´a pas programmé sa mort) ou n´a pas été détruite. Mais elle a continué à se multiplier toute en accumulant avec le temps d´autres altérations génétiques. C´est alors qu´avec le temps qu´une nouvelle cellule évolue et qui sera donc à l´origine de la masse tumorale (Néoplasme/Cancer). Et bien sûr l´évolution de cette néo-cellule par accumulation de nombreuses altérations génétiques, obéie aux principes de la sélection naturelle au sein du concept de l´évolution Darwinienne. C´est ça. C´est ça en bref le concept de la cancérogenèse qu´ils nous ont bien fait étudier aux universités et faire croire dans la recherche scientifique.

Conceptuellement pour cet exemple donc, l´exposition aux nitrites ne peut présenter, au pire des cas, que l'étape initiale d´un long procès évolutif et que d´autres étapes et facteurs seront nécessaires pour la promotion et l'établissement d´un cancer.

Cependant, au groupe ecodisease on est biologiquement bien convaincu que la réalité des cancers est moins compliquée que ça. Devant nous dans ce reportage, toute une cellule endommagée qui carrément explose (comme une comète), une mort tragique est soudaine des cellules qu´on appelle : Nécrose. La destruction cellulaire causée par les nitrosamines est manifestement énorme, et elle engendre une grande production de débris cellulaires. La question est alors de quel risque d´évolution cellulaire vers un stade pré-cancéreux parle-t-on si on ne voit que des débris de cellules?!!!

De ce fait, premièrement et avant toute autre veille histoire ou concept purement lobbyiste, et d´après les résultats de cette étude-là. Que des débris nécrotiques, que des micro-résidus à être : Ramasser, dégrader et recycler. C´est ça la destinée sure et certaine des cellules humaines exposées aux nitrosamines.

C´est alors qu’une exposition à long terme ou à des fortes doses de nitrites, et vu cette importante destruction cellulaire, engendrera forcement et de façon graduelle l´accumulation des micro-résidus destinés au recyclage dans les cellules qui dans ce cas-là seront recrutées pour débarrasser le tissue atteint de ces déchets. Et justement, sans entrer maintenant dans les détails et les diversités biologiques de ce phénomène. C´est en se consacrant complètement et en permanence à cette tâche incessante de recyclage, que ces cellules seront plus tard nommées cancéreuses et lamentablement prises en cible par les thérapies actuelles.

Biologiquement bien épaulé pour le dire et le démontrer, au groupe ecodisease on est sûr et certain que : 

1-  Les cancers sont causés par des accumulations intracellulaires de micro-résidus non recyclés. 

2- Que bien d´autres graves maladies humaines sont aussi la conséquence directe de telles agglomérations.

3-  L'existence d´un Potentiel cellulaire individuel de recyclage (PCIR ), et que les disparités ethniques, raciales et individuelles des risques à vie (lifetime risks) des cancers et d’autres maladies dégénératives humaines sont totalement liées au PCIR.


Prochainement:

* La farce du concept. (Partie 2). La Carcinogenèse virale :  HPV/Cancer du col de l'utérus comme modèle.

 * Le but des lobbyistes : Fumez, buvez, mangez n'importe quoi..…etc, les cancers sont dus à de la malchance.

 *  Révélation des secrets de certaines énigmes historiques des cancers. (Prises comme des arguments pour justifier la prédiction de la malchance dans la genèse des cancers) Par exemples:  
      a- Pourquoi les cancers humains touchent-ils trois fois plus le cerveau, bien protégé par la barrière hémato-encéphalique, que (l'épithélium de) l'intestin grêle largement plus vaste et hautement exposé aux cancérigènes ?

      b- Pourquoi les tissus humains, dont les cellules effectuent plus de divisions cellulaires durant leurs vies, sont plus touchés par les cancers que d'autres types de tissus ?